Petit rappel de bonne conduite pour esclaves indélicats …

Le dauphin est une petite constellation très attachante et bien que ses étoiles soient de faibles grandeurs, elle est assez facile à repérer. Pour beaucoup de constellations, il est assez difficile de repérer la forme représentée. Dans une prochaine chronique, je vous expliquerai le lien entre la Grande Ourse et une casserole. Mais pour le dauphin, le choix des astronomes antiques est plutôt judicieux. Pas mal de légendes sont associées au dauphin et je reproduis ici celle de l’astronome romain Hygin.

Constellation du dauphin

Arion, artiste sans égal faisait des tournées dans les îles pour gagner sa vie. Ses jeunes esclaves, croyant trouver plus d’avantages dans une liberté acquise par trahison que dans leur tranquille servitude, formèrent le projet de jeter leur maître à la mer et de se partager ses biens. Lui, devinant leur projet, leur demanda, non comme un maître à ses esclaves mais comme un père à ses fils, de pouvoir se parer du costume qu’il portait dans ses nombreux triomphes parce qu’il n’y avait personne d’autre que lui-même pour accompagner d’une plainte sa propre fin. Il obtint cette faveur, prit sa cithare et commença à pleurer sa propre mort. Attirés par cette musique, de partout dans la mer des dauphins vinrent à la nage au devant du chant d’Arion. Il invoqua la puissance des dieux immortels et se jeta à la mer. Un dauphin recueillit Arion et le conduisit au rivage de Ténare. Pour cette raison les anciens astronomes représentèrent le dauphin au ciel. Quant aux esclaves, qui s’étaient crus libérés, une tempête les amena à Ténare, leur maître les fit arrêter et leur infligea un supplice peu commun.

Hygin, l’Astronomie
Les belles lettres Paris 2002

Chaque constellation a sa propre histoire, toujours étonnante et poétique que je vous raconterai sous les étoiles lors des randonnées astronomiques.

Si cet article vous a plu, abonnez-vous à la newsletter : Abonnement à la Newsletter

Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.