Une institutrice tortionnaire, un maire républicain, une élève récompensée…

Je passe beaucoup de temps à la Bibliothèque d’Etude et du Patrimoine de Toulouse pour préparer mes randonnées à thème. C’est une mine d’or sur l’histoire et l’environnement occitans. Pour cette première chronique historique de la newsletter, je ne résiste pas au plaisir de partager un texte très significatif de ce que devait être l’ambiance d’un village ariégeois au XIX siècle. Désormais, lorsque j’emmène des gens autour de Roquefixade , je ne peux pas m’empêcher de penser à ce discours d’Émile Darnaud, maire du village dans les années 1880.

Ma chère enfant,

Il y a un an, j’appris par hasard qui vous ne vouliez plus aller à l’école parce que l’institutrice, Mlle Ponneau, sœur Jovite, infligeait des punitions abominables, notamment celle de lécher le plancher.

A ce sujet, M. l’abbé Bouin, desservant la commune depuis cinquante ans, s’écria devant le Conseil municipal en séance :”La sœur a bien fait! il faut châtier les enfants!”

Le ministre de l’instruction publique fit faire des enquêtes à la suite desquelles Mlle Ponneau, sœur Jovite, qui avait donné sa démission d’institutrice à Roquefixade pour aller tenir une école libre à Lorp, fut flétrie en termes indignés, dans une circulaire de l’inspecteur d’académie.

Avec l’institutrice laïque qui a remplacé Mlle Ponneau, sœur Jovite, vous avez si bien réparé le temps perdu qui vous venez , n’étant encore âgée que de treize ans, d’obtenir le certificat d’études.

C’est la première fois que nous avons, à Roquefixade, un certificat d’études.

Je suis d’autant plus heureux de ce résultat que vous êtes ma parente.

Et pour vous témoigner d’une manière durable ma satisfaction, je vous fais présent d’une belle édition des Fables de la Fontaine cet immortel chef-d’œuvre de notre littérature.

Vous avez fait preuve de caractère en ne vous soumettant pas à des punitions contre lesquelles personne n’osait se révolter; vous avez fait preuve d’intelligence en obtenant avec grand succès le certificat d’études.

Je vous adresse, comme maire de Roquefixade, des félicitations officielles.

Émile DARNAUD

Le Passé de Roquefixade par le maire de ce village [Emile Darnaud]
Paris : G. Leroux, 1884

Si cela vous a plu, inscrivez-vous aux randonnées à thèmes qui sont autant d’occasions de partager sur le patrimoine historique occitan et n’hésitez pas à vous abonner à la newsletter car je publierai bientôt un autre texte de notre héros républicain anticlérical.

Author

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.